L’ENSAPVS une société des études d’architectures. D’une plongée dans l’institution à la sortie du sujet. Lorsqu’une psychanalyse devient outil de retour sur la formation des architectes.
Directeur(s) de thèse
C. Deschamps (Dir.) et P. Ceccarini (co-Dir.)
Sujet de thèse

Formation

- Doctorat en cours : « Architecture, urbanisme, paysage et patrimoine » ED 624, Université Paris Diderot - Paris 7, ENSA Paris Val-de-Seine Laboratoire ICT, Laboratoire EVCAU, Représentante des doctorants Laboratoire ICT,

- Master recherche sciences humaines option psychologie spécialité psychanalyse et recherches interdisciplinaires à Paris Diderot – Paris 7.

- Diplôme d’état d’architecte à l’ENSA Paris Val-de-Seine.

- BTS Design d’espace à Orléans.

- Bac STI Arts-appliqués à Orléans.

Thème de recherche

Comment le domaine de l’architecture pourrait-il s’enquérir d’une connaissance du « bon vivre » somme toute relatif ? Faisons le pari de plonger dans une discipline qui n’est plus la nôtre et voyons si la psychologie peut aider à étayer. Il faudra aller jusqu’à pratiquer la forme qui nous semble la plus introspective et qui amène aux strates les plus reculées du paysage psychique. La psychanalyse lorsque c’est l’architecte qui s’y investit permet à celui-ci d’emprunter des sillons auxquels le monde de la construction tangible ne donne pas accès. Dans « la psychologie profonde » résident le sens des formes éprouvées, les héritages de coutumes et d’usages, l’importance des symboles et motifs autrement dit le matériel premier et structurant pour l’architecture. C’est ce qui peut encore légitimer le sens de cette pratique, dans une actualité de l’industrie du bâtit se passant volontiers d’architecte. Le pari sera de faire reconnaître la « consistance inconsciente » de l’espace intrapsychique qui n’est qu’un désir de revivre ce qui est déjà façonné.

En proposant une enquête psychologique au sein d’un espace habité que nous connaissons et continuons de sonder, nous suggérons l’ENSA Paris Val-de-Seine en une forme sociétale entière. Dans une telle institution nous verrons que le désir d’inculquer ou de suivre un cursus d’études est basé sur la manière de s’attribuer l’objet. Cet « objet » récurrent est présent du début à la fin. Nous tenterons d’étaler les mutations par lesquelles passe cet objet de désir. Les outils et les performances de conception, les clans et les noms de l’architecture mais aussi les paroles singulières et individuelles. L’esprit de concurrence et de dépassement acharné qui habite Paris Val-de-Seine mobilise chacun et chacune en une unité forte et productive. Toutefois le versant subjectif des étudiants en est tout autant affaibli. Là se trouve la grande vulnérabilité de l’école dans laquelle en réalité l’individu se noie.

LABORATOIRE  EVCAU

ENSAPVS

3/15, quai Panhard et Levassor

75013 Paris

01 72 69 63 71

evcau@evcau.archi.fr

ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER DE L'EVCAU

  • YouTube