E. Doutriaux

Parution le 19 Juin 2020. Éditeur Métis Presses

Conditions d’air - Politique des architectures par l'ambiance -

Reanissance_italienne_et_architecture_du

Cet essai traite d’air, des conditions données par mais aussi faites à l’architecture. L’air, cet «invisible par nature», n’est pas moins agent de respiration, véhicule du sensible et milieu relationnel, qu’il n’est physiquement mesurable. À la croisée de la conception, de la perception et de l’action des milieux que nous vivons, cet élément est ici replacé dans la théorie des ambiances. Ce fut, durant l’ère moderne, l’association critique du pan de verre étanche et de la respiration exacte, à l’Armée du Salut de Le Corbusier. C’est aujourd’hui le pari d’une variabilité aéraulique et d’une porosité des enveloppes, comme à la Mie de Pain parisienne. Deux abris de grande dimension, qu’en apparence tout oppose, font ici l’objet d’une enquête approfondie. L’École d’architecture de Nantes est envisagée, par les contrastes de ses régimes climatiques, comme activatrice et métaphore d’une praxis combinant étude, fabrication et expériences «grandeur nature». Le vaste échangeur fluide que forme le Rolex Learning Center de Lausanne est compris comme l’agent et l’allégorie d’un relationnel multipliant les prises, les postures et les appropriations fugaces de ses occupants. Car cet ouvrage s’interroge, dans le contexte écologique, économique et technique actuel, sur la capacité des architectures à se donner en partage, par l’ambiance, à des sociétés d’usagers. Générosité ventilatoire versus sobriété énergétique, incertitude des programmes et liberté des pratiques, efficacité des systèmes et finesse des régulations: une nouvelle démocratie est à l’œuvre, à la croisée de l’ambiance et du commun, où la délivrance de ces conditions d’air s’énonce comme un enjeu crucial.