Séminaire Doctoral AC(2)N Du Corps et du Digital
ECHO-SYSTEME
-Organisation de l'information et transformation de l'organisation
-Transcription et Traduction de l'expérientiel au numérique
Deux rencontres et une expérimentation

ENSAPVS et en distanciel sur Teams

Reanissance_italienne_et_architecture_du

 Séminaire doctoral A.C(2).N.

DU CORPS ET DU DIGITAL

Programme de l’année 2021-2022

https://architectureculturenumerique.wordpress.com


19 jan 2022 : Titre en cours

Invités: Eric Lacombe (Architecte Ingénieur Système)

& Estelle Bongini

(Ingénieur des Ponts et Chaussées , project manager SNCF)

Discutante: Louisette Rasoloniaina

16 fev 2022 : Hyve 3D: VR & AR pour la pédagogie du projet

Invités: Julie Milovanovic (post-doc UNC Charlotte (USA)

& Stéphane Safin (MCF Telecom Paris)

Discutante: Esin Ekizoglu

16 mars 2022 : A la recherche du cerveau ?

Invité: Fabrizio de Vico Fallani (Inria - Aramis)

Discutante: Elizabeth Mortamais

13 avril 2022 : Configuration spatiale et mouvement naturel

Invité: Said Mazouz (Pr en architecture, université Larbi Ben Mhidi,

Oum El Bouaghi, Algérie)

& Christine Wacta (fondatrice GeoEduGAMING.Inc, USA)

Discutante: Houda Lichiheb

11 mai 2022 : Hackathon

6 juin 2022 : L’aventure du corps

Invité: Fabienne Martin-Juchat

(Pr UGA , cheffe de projet Maison de la création et de l’Innovation)

Discutantes: Elizabeth Mortamais & Yann Blanchi


DU CORPS ET DU DIGITAL


Narcisse est ce personnage de la mythologie qui découvre son reflet

dans l’eau d’une source et se perd dans la contemplation de cet autre

lui-même qui lui donne à voir sa propre représentation. Le mouvement

de l’eau altère l’image, le soleil qui se cache la fait disparaître. Mais rien

n’y fait, Narcisse continue à penser que cet autre lui-même est la chose

la plus fascinante qu’il a pu rencontrer. Ce qui finira par le détruire.

Le numérique serait-il un nouveau Narcisse captivé charmé par son

propre reflet ? L’illusion d’une information totale, d’une réalité complète,

et complètement maitrisable, fondée sur l’efficacité des dispositifs

technologiques, ne constituent-elles pas une situation équivalente

au «dialogue» à «l’interaction» «artificiellement naturelle» ou

naturellement artificielle, entre Narcisse et son reflet. Narcisse sourit

et son reflet agit de même. L’IA par exemple ne produit-elle son

propre univers dont la performance n’a aucune concurrence dans un

monde clos ? Quels sont les équivalents du courant de la rivière ou

du rayon de soleil qui perturberaient ce monde en « boucles » d’actions

et rétroactions, à la manière de Narcisse souriant à lui-même ?

Narcisse oublie une dimension fondamentale de lui-même, sa

corporéité et les émotions qui la traverse, sa matérialité même

comme être vivant au bord de la rivière, qui font toute la différence.

Narcisse perdu dans sa propre contemplation oublie

le boire et le manger et s’éteint au bord de la rivière. Quel est ce

boire et ce manger indispensables et pourtant occultés, oubliés ?

Le contexte sanitaire que nous vivons depuis bientôt deux ans rappelle

de façon aigüe le sujet du corps comme fondement de l’exister.

Nous aborderons le sujet, celui de la confrontation, ou peut-être

plutôt de la co-action de l’univers numérique avec la physicalité,

la matérialité des corps que ce soit des corps biologiques ou

celui des machines, physicalité qui nous intéresse comme architectes,

artistes, paysagistes, artisans, de leurs rapports, existants

ou supposés, aux technologies du numérique, au travers une

séance inaugurale et 6 séances durant cette année 2021-2022.